On se dirige visiblement vers la fin d’une des pierres angulaires de notre bon vieux Code de la route, il s’agit de la fin du feu tricolore. Bientôt, on ne verra plus le feu rouge, orange et vert sur le bord de nos chaussées. Dans cette optique, Abbeville fait figure de précurseur en la matière, car dans cette commune, il n’existe plus qu’un feu rouge et il devrait prochainement disparaître.

Abbeville, dans la Somme, est une commune de 26 000 habitants, c’est aussi 64 000 véhicules qui traversent quotidiennement la ville. Pour fluidifier la circulation, les ronds-points et les céder le passage ont remplacé les dix carrefours à feu de signalisation.
Fort de cet exemple, d’autres villes devraient y venir. A Bordeaux, en Gironde, ils sont progressivement enlevés, même en face des écoles. Au total, la municipalité veut en ôter 300. Lyon semble faire la même démarche, et le Conseil de Paris a voté l’expérimentation de la suppression des feux de signalisation. La mesure interviendra dans un quartier de la capitale en 2018.
La chasse aux 30 000 feux tricolores en France est donc ouverte. Le phénomène ne touche pas que la France. Drachten (Pays-Bas), Philadelphie (États-Unis) suivent le même mouvement. Dans cette ville d’Américaine, le test mené a montré que cela a permis de réduire de 25 % les accidents sur les intersections concernées.
En France, 10 000 accidents surviendraient chaque année sur des carrefours à feu, générant 1 500 blessés et 150 tués. Il semblerait, que les automobilistes font d’avantage attention aux intersections, quand il n’y a plus de feux, de même que les piétons avant de traverser. De plus, la circulation en ville semble être fluidifiée.
Il semblerait, que nous entrons donc définitivement dans l’ère des ronds-points et des céder le passage.

Crédit photo :  Laurent Guérin