L’expression doit d’ailleurs normalement se dire « catch-and-kill », car elle est anglaise à la base, et elle est régulièrement utilisée dans le monde virulent des tabloïds. Cela correspond au principe de payer une exclusivité, pour ne jamais la diffuser. Elle permet ainsi d’éviter, qu’une rumeur ne se propage, ou qu’une vérité ne se diffuse.

C’est visiblement, une pratique de plus en plus utilisée par l’entourage du président américain Donald Trump, pour couper court à différentes affaires, qui surgissent au fur et à mesure. L’hebdomadaire américain National Enquirer, a utilisé ce stratagème pour enterrer le témoignage de la playmate Karen McDougal. Celle-ci, affirme avoir eu une liaison avec Donald Trump.

Voilà que ce même hebdomadaire emploi cette même méthode, pour cette fois, étouffer une rumeur non vérifiée sur un supposé enfant illégitime de Donald Trump. Le National Enquirer a dû verser 30 000 dollars à un ancien portier de la Trump Tower, qui affirmait que Donald Trump avait eu un enfant caché avec une de ses employées. Cette enfant aurait maintenant 29 ans. C’est évidemment un autre journal, le New Yorker, pas forcément fan du National Enquirer et de Donald Trump, qui révèle cette nouvelle.

Cette information, a été confirmée par le rédacteur en chef du National Enquirer, Dylan Howard, qui est un proche de Trump. Il a reconnu ce versement. Cependant, le groupe American Media Inc (AMI), propriétaire du journal, affirme que l’information n’a pas été publiée, car une enquête a montré qu’elle n’était pas crédible. Une soudaine prise de conscience pour la véracité des informations diffusées, étonnantes pour ce tabloïd habitué à la diffusion de rumeurs, plus ou moins vérifiées. Ils ont par exemple, annoncé Hillary Clinton mourante depuis des années.

Concernant, la technique du « catch-and-kill » entretenue par les défenseurs de Trump, il faut aussi évoquer celui de L’avocat Michael Cohen, l’un des conseils les plus fidèles du président des Etats-Unis. Celui-ci, a reconnu avoir versé 130 000 dollars à l’actrice porno Stormy Daniels, alias Stéphanie Clifford, pour acheter son silence sur la relation sexuelle, qu’elle aurait eue avec Donald Trump.

Le président, a démenti toute relation avec Karen McDougal et Stephanie Clifford, donc Cohen et American Media Inc, ont versé des sommes à des personnes, juste pour qu’elles arrêtent de mentir. On comprend, que le FBI cherche à en savoir plus, et c’est pour cela, qu’il a perquisitionné chez Michael Cohen, et que les autorités ont également réquisitionnés toutes les communications entre Cohen et American Media Inc.

Crédit photo : Joan Moreno